Infrastructures / Filières

CBN – CMV : Construction et maintenance de bateaux amphibies

Ghislain Quentel, de la terre à la mer

Fils d’agriculteurs dans le Finistère, Ghislain Quentel est aujourd’hui à la tête de 2 entreprises maritimes. L’une, CMV (Constructions Maritime du Viviers) est une entreprise qu’il a reprise en 2005 au Vivier-sur-Mer. L’autre, CBN (Constructions Bretagne Nord) est une entreprise qu’il a créée en 2016 à Saint-Malo.

Mais avant de devenir chef d’entreprise, Ghislain Quentel a touché à tout
Destiné à reprendre l’exploitation de ses parents, Ghislain a dû se résoudre à abandonner cette idée. En effet, les différents aménagements urbanistiques ont laissé peu de place à une exploitation agricole digne de ce nom. De fait, Ghislain Quentel part à Paris et reprend les études. Ce sera la finance et le contrôle de gestion dans une école de la CCI de Paris. Ensuite, rapidement il travaille dans la fiscalité, puis dans l’immobilier, avant de prendre un nouveau virage pour bosser dans les travaux publics. Lors de cette dernière expérience il perfectionnera la mécanique, l’hydraulique mais aussi l’informatique. Bref, l’homme aime découvrir, expérimenter, s’enrichir de différentes pratiques.« Aujourd’hui à 52 ans, je peux dire que j’ai eu ce parcours, mais à l’époque ce n’était pas forcément bien perçu de toucher à tout », s’amuse Ghislain Quentel.


La mer lui manque, son indépendance aussi. Après une quinzaine d’année à Paris, Ghislain Quentel se met en tête de reprendre une entreprise. Le hasard des recherches l’emmène au Vivier-sur-Mer, chez CMV. Le chantier naval construit des bateaux amphibies pour la mytiliculture et l’entreprise est à reprendre. Le challenge plaît à Ghislain Quentel, et le vendeur veut faire confiance à ce « touche à tout », qui a une bonne expérience de gestionnaire. Il rachète CMV en 2005 et les 4 salariés sont repris.

L’activité est là, entre la construction (environ 1 bateau/an) et la maintenance, le site de 400 m² devient trop petit.
En 2015, son partenaire moteurs, Alexandre Kvaternik (EMS : Emeraude Moteurs Systèmes), lui propose de partager les ex-locaux d’ABN à Saint-Malo (avenue Louis Martin), avec le soutien du port de Saint-Malo. Ghislain Quentel dispose aussi du soutien de ses 2 autres fidèles partenaires finistériens : l’architecte Marcel Stagnol (cabinet SDA) et Le constructeur Hydro Armor.
En 2016, CMV voit le jour dans 1 200 m² et l’activité est partagée avec CBN. La construction avec la chaudronnerie à Saint-Malo et le montage et la mécanique au Vivier-sur-Mer. Plus toutes les opérations de maintenance qui se font chez CMV.

Aujourd’hui, entre CBN et CMV, il y a 11 salariés. 3 bateaux/an sont construits et le chiffre d’affaires approche 1,8 M€.Les barges amphibies pour la mytiliculture et la conchyliculture représentent 90% de l’activité sur les secteurs de la Baie du Mont-Saint-Michel, Saint-Cast et Saint-Brieuc. Tandis que les 10 autres pourcents concernent les industries diverses, comme par exemple la construction du bateau de la région Bretagne, le Haumet.

La suite ?
Ghislain Quentel aimerait continuer à se développer. Il travaille actuellement avec son fidèle architecte naval, le cabinet SDA. Pourquoi ne pas proposer des bateaux pour la petite pêche (moins de 12 mètres) ? Des bateaux légers et rapides.

A suivre...

http://www.cmv-amphibie.com/fr/